Open the menu

Syrie

En 2015, la guerre en Syrie est devenue plus complexe et la situation des personnes qui vivent encore dans le pays reste critique. Le conflit syrien se caractérise par une violence extrême, qui inclut le bombardement d’hôpitaux et de structures sanitaires, des lignes de front en déplacement permanent, une multitude de groupes armés, des millions de déplacés et plus de 1,5 million de personnes vivant dans des zones assiégées privées de soins de santé ou de la possibilité d’une évacuation médicale. 

Un soutien de MSF 

En 2015, un soutien régulier et complet a été fourni à une septantaine de centres de santé de fortune dirigés par des médecins syriens, sans personnel de MSF. Le soutien de MSF inclut la distribution de fournitures médicales, le versement d’un salaire de base au personnel hospitalier pour lui permettre de se concentrer sur ses activités médicales, la fourniture de carburant pour permettre aux générateurs des hôpitaux de fonctionner, la contribution aux frais de reconstruction quand une structure est endommagée ou détruite et l’apport de conseils médicaux et techniques.

Un petit garçon se fait soigner en Syrie
Un enfant brûlé se fait soigner par un médecin soutenu par MSF dans le nord de la Syrie © MSF. Syrie, 2015.

MSF offre aussi des dons d’urgence ponctuels à d’autres infrastructures médicales pour les aider à faire face aux afflux massifs de blessés ou à d’autres besoins exceptionnellement importants. Ce programme de soutien se concentre principalement sur les zones assiégées, où le personnel médical syrien reçoit très peu d’autre soutien.

En août 2015, le personnel de MSF a soutenu des structures de santé de la Goutha orientale, près de Damas, où 20 jours d’intenses bombardements ont été signalés, faisant 150 blessés de guerre par jour. Une victime sur quatre était un enfant de moins de 15 ans. En même temps, 600 000 personnes étaient assiégées au nord de Damas.

Des structures médicales attaquées

En 2015, 94 attaques aériennes et pilonnages ont frappé 63 structures soutenues par MSF, causant divers niveaux de dommages et, dans 12 cas, entraînant la destruction totale du centre. En outre, 81 collaborateurs médicaux soutenus par MSF ont été tués ou blessés.

une structure médicale détruite en 2015 en Syrie
L'hôpital de Busra, dans le gouvernat de Dara'a au sud de la Syrie, a été détruit en juin 2015 © MSF. Syrie, 2015.

En octobre 2015, MSF a aussi appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre des actions et à remplir son mandat en matière de protection après le bombardement particulièrement violent d’un marché à Douma, près de Damas, qui a fait suite à l’attaque d’hôpitaux de fortune dans la région, le jour précédent. Ces bombardements ont fait à eux seuls 550 blessés, dont 300 ont dû être amputés, et 70 morts. 

En juillet 2015, la ville de Madaya, près de la frontière libanaise, a fait l’objet d’un siège particulièrement intense. La ville était entourée de mines antipersonnel et de milices armées. Aucune marchandise ne pouvait rentrer et aucune personne sortir. Malgré un unique convoi humanitaire autorisé à rentrer dans la ville en octobre. Le personnel médical soutenu par MSF à Madaya a signalé 23 décès dus à la famine en décembre, mais les autres convois humanitaires n’ont pas été autorisés avant janvier 2016.

 

 >> Lire aussi notre dossier sur la crise des réfugiés en Europe