Open the menu

Courez les 20km de Bruxelles et aidez MSF à construire la salle des urgences de l'hôpital de Bangassou

Attention: l'inscription officielle est à 30 euros. Elle comprend les frais d'inscription à la course et le t-shirt MSF. Ensuite, vous êtes invité(e) à vous faire sponsoriser à hauteur de minimum 40 euros (avant le 1er mai). C'est à partir de là que les dons commencent pour l'hôpital. 

SOLENN à bangassou

1 / 8

Pourquoi courir pour Bangassou?

En participant aux 20km de Bruxelles avec MSF, vous financez la construction de la nouvelle salle d’urgence de l'hôpital de Bangassou. L’objectif à atteindre: 89 777 euros. L'hôpital qui compte 118 lits est l'hôpital de référence pour la région de Mbomou (206 000 habitants).

Je m'inscris et je me fais sponsoriser

Nous aggrandissons l'hôpital afin d'accroître les capacités et services existants: 

  • pédiatrie
  • maternité
  • néonatologie
  • médecine interne
  • chirurgie
  • système de transport 

Cette nouvelle salle d’urgence est absolument nécessaire au sein de l’hôpital. Ce n’est pas uniquement l’endroit qui s’occupe des cas impératifs, ce lieu sert d’accueil pour tous les patients qui se rendent à l’hôpital de Bangassou (hormis les femmes enceintes). Les patients arrivent via cet endroit et sont par la suite redirigés vers l’unité qui pourra les soigner correctement selon leurs besoins. 

Salle actuelle des urgences de l'hôpital de Bangassou
Salle d'urgence actuelle de l'hôpital de Bangassou © MSF. République centrafricaine, 2016. 
La salle d'urgence actuellement en construction
La salle d'urgence actuellement en construction © MSF. République centrafricaine, 2016. 
Plan de la nouvelle salle d'urgence de Bangassou
Plan de la nouvelle salle d'urgence de Bangassou © MSF. République centrafricaine, 2016. 

La république centrafricaine en quelques mots

La République centrafricaine est ce qu’on appelle une crise oubliée. Depuis le conflit qui a sévi dans le pays en 2013-2014, la grande majorité des Centrafricains est toujours prisonnière d'une spirale ininterrompue de violence et de peur, privée d’accès aux services de base tels que nourriture, abris, eau potable et soins de santé. Plus de la moitié de la population a besoin d’assistance humanitaire et près de 400 000 personnes sont toujours déplacées à l’intérieur du pays, sans compter les plus de 468 000 personnes réfugiées dans les pays voisins. En perdurant, cette crise affaiblit le système de santé et rend la population encore plus vulnérable.

Un enfant se fait vacciner dans la préfecture de Bangassou
Un enfant se fait vacciner dans la préfecture de Bangassou  © Sandra Smiley. République centrafricaine, 2016.

Dans beaucoup de régions de la République centrafricaine, MSF s’est vue contrainte de prendre le relais des autorités afin d’assurer des services de santé pour la population. Le peu de structures sanitaires qui fonctionnent sont très limitées en raison d’un manque de moyens, à commencer par du personnel qualifié. De plus, une bonne partie de la population n’a pas accès aux soins de santé à cause d’obstacles physiques (mauvais état des routes, barricades, banditisme), de l’indisponibilité des soins de santé de qualité (manque de personnel compétent, infrastructure ou équipement inexistant ou inadapté), ou de barrières financières (grande pauvreté face à un système de soins payant qui exclut la majorité de la population).

Dans ce pays où l’espérance de vie plafonne à 54 ans pour les femmes et 51 ans pour les hommes, les équipes de MSF sont fortement nécessaires.

MSF a débuté ses activités à Bangassou début 2014. Cette ville, située au milieu de nulle part à 700 kilomètres de la capitale Bangui, est presque uniquement accessible en avion. Pour un(e) Belge, Bangassou aurait sans doute l'air d'un village mais, détrompez-vous, il s'agit bien d'une ville. Coupée de tout, il est difficile d'y envoyer du personnel médical. Il en va de même pour le matériel: il faut tout importer de Bangui et d'autres endroits en République centrafricaine

MSF y soutient un hôpital régional de 118 lits où tous les centres de santé du district de Mbomou (206 000 habitants) réfèrent les cas les plus sévères. Il s’agit d’un hôpital proposant tous les services. MSF construit actuellement des locaux supplémentaires (dont une salle d'urgence) afin d'accroître sa capacité. 

    L'entrée de l'hôpital à Bangassou
    L'entrée de l'hôpital à Bangassou  © MSF. République centrafricaine, 2016. 

    Les besoins dans la région sont énormes. À titre d’exemple, 50% de la population à risque en 2015 n'étaient pas vaccinée contre les maladies de base, les campagnes de vaccination ayant été fortement perturbées par les violences. Les enfants étaient particulièrement vulnérables face à des maladies pourtant évitables. MSF a donc mené une campagne de rattrapage pour protéger 22 000 enfants contre neuf maladies telles que la rougeole ou la fièvre jaune

    En collaboration avec Les Sportifs pour MSF.

    Je m'inscris et je me fais sponsoriser

    MSF en République centrafricaine

    MSF est présente en République centrafricaine depuis 20 ans. À l’heure actuelle, nos équipes gèrent 17 projets d’aide humanitaire dans 9 des 17 provinces du pays. Plus de 2900 membres du personnel national et 230 collaborateurs internationaux travaillent dans 13 hôpitaux, 3 maternités et 47 cliniques et postes de santé soutenus par MSF à travers le pays.

    L'activité MSF en un an en République centrafricaine:
    1 050 000 consultations médicales dont 57% pour la malaria
    18 000 accouchements
    7100 interventions chirurgicales
    10 200 enfants malnutrits pris en charge
    1100 victimes de violences sexuelles prises en charge
    4300 personnes vivant avec le VIH/Sida prises en charge